Je souhaite une mort brutale et douloureuse à tous les pigeons de la capitale.

Et à ceux qui les nourissent, aussi, ça fera plus de place dans les parcs.

Je me radicalise.