A dire... tellement de sujets d'énervement depuis l'avènement de Sarko premier.

J'assiste à la casse systématique de tout ce que j'appréciais et qui me rassurait : la Sécu, le service public, l'Education nationale, le terroir. Tout ça au profit des multinationales et des copains du Président.

Cette dernière phrase peut sembler exagérée, mais ça fait un an que je lis un tas de choses sur le sujet, en sélectionnant les sources, et le fait est là : aucune théorie du complot, le nabot décomplexé est réellement en train de casser tout ce que j'aime. Je pourrais et je devrais partir, mais je manque de volonté et j'ai encore le secret espoir que ça change.

J'ai honte de ce qu'est en train de devenir ce pays, de son gouvernement, des lois liberticides en cours ou à venir :

  • la rétention de sûreté qui nous ramène à la période pré-1789,
  • le traitement de l'immigration et ses drames quotidiens, pour lequel nous sommes pointés du doigt par le HCR (c'est vraiment la honte),
  • la loi HADOPI,
  • la base ELEVE (heureusement il y a eu un recul sur le sujet...),
  • et j'en oublie...

Je pourrais aussi gloser sur l'idéologie fascisante derrière l'envoi des français au travail pendant que les rentiers s'en mettent encore plus dans les fouilles, l'utilisation systématique de la technique du bouc émissaire pour faire passer tout et n'importe quoi, la bêtise de la majorité qui a tenté d'inscrire le régionalisme dans la Constitution (je te leur imposerai des cours d'histoire constitutionnelle, moi, à ces bons cons), etc. etc.

J'ai tellement de choses à en dire, mais ça n'aurait pas vraiment d'intérêt. Je préfère archiver ici certaines chose à ce sujet, et notamment la video off de l'intervention du chef de l'Etat avant le 19-20. Il n'y a pas que son énervement sur la politesse qui fait peur. Sur la vidéo version longue, on assiste également à :

- sa connivence avec Gilles Leclerc (notez le tutoiement) : "j'ai protesté quand on t'a mis au placard". Et pour cause, ce journaliste a l'habitude de faire des ménages ici et là. Pour un journaliste politique, je trouve ça très moyen, pas vous ? Et le Président a toujours autant besoin de se mettre en avant... pathétique. - son ironie quand on lui dit que les studios en région sont sur le même modèle qu'en central : de toute façon tout va disparaître. - son insistance pour être interrogé sur le fait divers de Carcassonne : évitons de parler des sujets qui fâchent, faisons plutôt dans le sensationnalisme... non, ce n'est pas une fiction politique, l'homme qui peut déchaîner le feu nucléaire est VRAIMENT comme ça. Serrons les fesses.

Et pour bien se rendre compte que la droite est décomplexée, je vous propose d'aller sur le site d'Ivan Roufiol, éditorialiste au Figaro, qui tient un blog sur le figaro.fr. Les posts en eux-mêmes sont éloquents (tout est de la faute des immigrés...), quant au commentaires... bienvenue dans l'antre brun du fascisme. Je ne résistes pas à citer l'un des commentaires : sur le post "briser les tabous" du 25 juin, un commentaire d'un certain Leolarguier : Effectivement M. Rioufol, le tabou le plus préoccupant, c'est bien celui du monopole de l'assurance maladie. On ne cesse de nous répéter " il le faut, c'est la solidarité républicaine !", mais une solidarité ne peut pas être obligatoire, en aucun cas. Frédéric Bastiat a tout dit à ce sujet, il y a plus de 150 ans.

No comment.