Quand les grecs s'énervent, ils s'en prennent aux banques, aux boutiques de luxe et aux commissariats. Y'a de l'espoir.