Je ne sais pas si c'est le mois de novembre, mais j'ai des pics de baisse de moral assez marqués ces derniers temps. Rien de grave, juste une petite faiblesse de temps en temps et un gros besoin de souffler (au sens propre, je veux dire, souffler me fait du bien). Pas du tout le moment de flancher pourtant, bientôt les fêtes et ptêt bien une amélioration professionnelle à venir me concernant. Peut-être.

J'évite de trop m'intéresser à l'actu car tout m'énerve. C'est un peu comme si j'avais pris la petite pilule rouge et que je voyais désormais distinctement le vert de gris derrière chaque discours. Et quand je vois les sorties de Valls, Ayrault ou autres, j'ai bien peu d'espoir dans un changement éventuel et je suis très très pessimiste pour ma fille. Ma petite, je te promets qu'il y a peu, c'était pas si mal, ce pays. On pouvait être chauvin, on avait quelques victoires sociales à ériger haut dans l'échelle des valeurs. Il y avait certes des soucis, mais ça compensait. Maintenant... maintenant on entend que la classe dominante nous dire que bon, partir 2 ans plus tard en retraite, c'est pas si grave. Bon, il y a moins de médicaments remboursés cette année, mais c'est pas si grave. Bon, il y a une franchise médicale, mais c'est pas si grave. Bon, le prix de l'électricité augmente, mais c'est pas si grave. Soyons désinvolte ! Regardez les 4 Mds d'€uros de chiffres d'affaire d'Altadis (l'ex Seita). Si les gens fument, c'est que tout va bien.

Mes les lendemains ne chantent pas / plus, et c'est sans doute pour ça que j'ai le moral qui fait le yoyo.